dimanche 28 février 2010

Will Smith - Gettin' Jiggy Wit It (1997)



(c) lescharts.com


Finissons la semaine de manière enjouée, rythmée et colorée, avec cet excellent titre du Prince de Bel Air, l'ami Will Smith.

Des couleurs qui flashent, une chorégraphie assez énorme, de la bonne humeur, bref c'est du Will Smith dans le texte : peut être pas un chef d'oeuvre, mais c'est pêchu, ca pète pas plus haut que son derrière et ça donne le sourire... Que demander de plus ?

Issu de son album "Big Willie Style", le clip remporta le MTV Music Award du meilleur clip rap en 1998.





Ce morceau sample un titre des Sister Sledge de 1979, "He's The Greatest Dancer" (où l'on verra également une magnifique choré...)

Na na na na na na na
Na na na na nana !





Les Wampas - U.N.I.V.E.R.S.A.L. (2009)


(c) lescharts.com


Un petit clip avec tout plein d'artistes Universal, des autruches à ski et Didier Wampas... Vous en avez rêvé, les Wampas l'ont fait !

Bon je ne dirai rien sur l'apparition de Michel à 2'50, les derniers albums le méritent ^^





En cadeau, un autre extrait de cet excellent album qu'est "Les Wampas Sont La Preuve Que Dieu Existe" avec "Georges Marchais" en live au Virgin Megastore (pour mieux comprendre les paroles au cas où, la version studio ici)

Didier Wampas est le roi !


Tears For Fears - Woman In Chains (1989)


(c) lescharts.com


Tears For Fears est un groupe que j'aime tellement que je suis incapable de trouver une chanson préférée. Ils ont fait tellement de belles choses, et dans tellement de genres différents que c'est impossible à départager.

Toutefois, je suis à peu près sûr que "Woman In Chains" fait parti de mon top 5 de ce magnifique groupe anglais originaire de Bath, surtout connu pour son duo de chanteurs charismatiques, Roland Orzabal le boss à la guitare, et Curt Smith à la basse. Un groupe qui commença dans la vague new-wave, pour passer par le rock eclectique et revenir très récemment avec un dernier album très pop.

Woman In Chains est une somptueuse composition (je dirais pas ballade, pour moi ce n'en est pas une) ciselée à merveille, jouée et interprétée avec talent et une émotion palpable par Roland et Oleta Adams, une chanteuse issue de la soul et du jazz et au timbre de voix impeccable (et même plus que ça).

Cette chanson est issue de l'album "The Seeds Of Love" qui fut à l'époque l'album le plus coûteux de l'histoire en terme de production, et qui est à mon sens leur meilleur album : 8 morceaux de toute beauté pour 50 minutes de bonheur musical dans les esgourdes. Seulement 20ème au top 50 en 1990 (la honte...)

Le clip est le pendant parfait au texte d'Orzabal, à la fois touchant et bouleversant... Une pure merveille avec un noir et blanc d'une classe... pffff tiens je suis à court de superlatifs tellement je trouve ça beau !





En cadeau, une très très belle prestation live pour le live "Going To California" datant de 1990.

Merci Roland, merci Curt, merci Oleta (et merci Phil Collins à la batterie même si on le voit pas dans le clip) pour ces 6 minutes 30 absolument extraordinaires, et qui me donnent toujours la chair de poule...


Opus - Live Is Life (1984)



(c) lescharts.com


Le 20 juillet 1985, l'Autriche prend le pouvoir au top 50 pour 7 semaines avec un quatuor qui a pondu un tube que beaucoup qualifieront de kitsch, mais qui n'en demeure pas moins imparable.

Car Live Is Life, c'est un peu ce qu'il existe de mieux dans la branche Stadium FM (une nouvelle catégorie que je ne connaissais pas, mais qui a un nom charmant). En effet, comment ne pas reconnaître l'efficacité des claps claps, des breaks de batterie, de la guitare, des Na Na Nanana... C'est tout simplement bien vu, bien senti, et y en a des caisses qui auraient tué pour écrire un morceau dont tout le monde connaîtrait la mélodie près de 25 ans plus tard...

Alors bien sûr, ce fût leur seul grand tube, bien sûr ils ne dépassèrent le seuil des ventes confidentielles que dans les pays germanophiles après ce monstrueux tube, bien sûr... N'empêche, bravo et respect à eux pour avoir franchi les frontières et s'être imposé partout dans le monde avec une chanson... Beaucoup n'ont pas eu cette chance et ce talent...

Un clip fédérateur, assez kitsch mais qui rapproche les gens de tous horizons,et c'est bien l'un des principaux messages que véhiculent le morceau, on est pas pris pour des jambons, c'est ça qu'est beau !



Opus - Live Is Life
envoyé par Pierrot68.


Plein de cadeaux : la face B, "Up And Down" (qui est une face B effectivement), le duo avec Falco (autre très grande figure du chant de langue allemande des 80's dont je vous reparlerai très bientôt) pour "Flyin' High", et quelques reprises : celle de la même époque de Stargo (nulle mais bon c'est toujours rigolo de voir que certains n'avaient aucune vergogne pour reprendre des morceaux alors qu'ils étaient toujours classés...), celle du groupe slovène Laibach (assez industrielle, et très imagée), et enfin la canadienne de René Simard (de toute beauté dans un style très épurée...).

La prochaine fois, nous évoquerons un groupe d'Italo Disco qui a pris les rênes du Top 50 à la suite de nos amis autrichiens. Mais ça c'est une autre histoire...

To Be Continued...


samedi 27 février 2010

Joe Dassin - Dans les Yeux d'Emilie (1977)


(c) lescharts.com


En hommage au Québec, au pull blanc et à Joe, un petit scopitone de la grande époque de Joe Dassin, le seul, l'unique, le meilleur de tous... Je peux comprendre qu'on puisse dire du mal de Michel, mais Joe je ne laisse jamais passer.

Joe c'est Joe, c'est tout ! Na ! ^^




Très inspiré moi, ce soir ! ^^

vendredi 26 février 2010

Johnny Cash - A Boy Named Sue (1969)


(c) lescharts.com


Ce soir, un petit post hommage à Johnny Cash, le grand, le seul, l'unique, né le 26 février 1932 à Kingsland, Arkansas.

Deux morceaux extraits d'un de ses live pénitenciers les plus célèbres, où l'on peut voir toute la chaleur humaine de ce gaillard, qui prenait le temps de s'intéresser à ces personnes qui sont souvent considérer comme des moins que rien... Johnny savait rendre le sourire à ces gars pendant 1 ou 2 heures et oublier leur triste condition. Pour ça, chapeau Monsieur Cash !

Donc voici, A Boy Named Sue et San Quentin. San Quentin, qu'il joua même deux fois à l'affilée à la demande des prisonniers.








So long Johnny...

jeudi 25 février 2010

S.O.A.P. - This Is How We Party (1998)


(c) lescharts.com


Pour la déconne, retour vers la Coupe Du Monde 98, avec ce tube qui a marqué cette période dorée de juillet. Deux frangines danoises, Heidi et Saseline Sorensen.

Un groupe comète qui a duré deux ans de 1998 à 2000. Le clip remplissait parfaitement le cahier des charges de l'époque : très coloré, très jeune, très maquillé (trop même). 4ème dans les charts français mine de rien.





Oui je sais, c'est particulier, mais on a le droit de déconner un peu quand même aussi, alors !
Encore une dédicace pour mon pote syrien, qui ne craint personne sur ce titre au blind test ! ^^


Alphaville - Big In Japan (1984)


(c) les charts.com


Restons dans le traditionnel nippon, mais cette fois-ci avec un groupe allemand qui existe depuis 1982, et répondant au doux nom d'Alphaville (ptet un hommage au film de Godard). Au départ, ils s'appelaient Forever Young, qui est d'ailleurs le titre de leur premier album, et d'un autre gros tube de leur composition, dont je vous reparlerai plus tard si vous êtes sages.

Gros carton de l'année 1984, trustant les premières places dans les charts européens et internationaux (seulement 13ème en France), le trio germanique a composé un tube qui a traversé avec une facilité déconcertante les années... aujourd'hui encore, qu'est ce qu'il est bon de fredonner un p'tit Big In Japan sous la douche ou au volant !

Un clip plutôt intrigant, un brin mystérieux voire angoissant, un clip en phase avec son temps en somme (avec des petits relents de "Fade To Grey" notamment dans le maquillage)






En cadeau, la version album un poil rallongée d'une petite minute, plus la petite merveille, la reprise en allemand de Sandra Cretu, avec "Japan Ist Weit" (un gros carton, selon plusieurs sources 125 galettes de 45 tours écoulées pour cette merveille de transposition dans la langue de Goethe^^)





Et en extra big bonus, l'adaptation d'un groupe français qui s'appelait FM, avec "Destination Plus Loin" (de toute beauté, vive la France !!)

Et bien sûr une petite dédicace à mon syrien préféré, qui fête ses 29 ans aujourd'hui ! Bon anniversaire Hayan ! ^^


mercredi 24 février 2010

The Vapors - Turning Japanese (1980)


(c) lescharts.com


Un groupe anglais comète qui n'officia que de 1979 à 1981, mais qui a eu le temps de sortir 2 albums, et cette merveille kitsch et survitaminée qu'est "Turning Japanese".

C'est sûr qu'on ne fait pas dans la grande écriture, les paroles profondes, les textes puissants... Mais zut à la fin, c'était les années 80, on savait rire et pratiquer la déconne... C'était bon ça alors ! Et puis ce riff de guitare invite systématiquement à la bonne humeur à chaque fois qu'on l'entend, faut le reconnaître !

Quant au clip, ben franchement la grande classe dans le n'importe quoi ! Bravo au réalisateur Russel Mulcahy, qui a à son actif une liste de clips pour des tas et des tas d'artistes longue comme le bras ("Making Plans For Nigel" et "Video Killed The Radio Stars" dont j'ai déjà causé), plus quelques longs métrages comme Highlander (Christophe Lambert powaaaa !)


The Vapors - Turning Japanese



En cadeau, un passage à Top Of The Pops, le clip de "Waiting For The Weekend" (sympa), et enfin une petite reprise toute fraîche et toute kawaï avec la choucarde Kirsten Dunst (bon par cont' niveau musique, hum hum)





Wham - Everything She Wants (1984)


(c) lescharts.com


Une p'tite dédicace à mon pote Gueguett' qui rejoint dès aujourd'hui le club des trentenaires. Bon anniversaire vieille branche ! ^^

Un p'tit clip du groupe anglais à succès Wham ! (très important le point d'exclamation ^^) actif de 1981 à 1986 et qui a lancé la carrière musicale de notre ami ressortissant grec Georgios Kyriákos Panayótou, de son surnom plus connu George Michael. Par contre, il a laissé sur le bord de la route son compagnon et ami d'enfance, Andrew Ridgeley. Ce dernier n'a pas surfé sur la vague du succès, puisqu'il a été entre autre pilote de F3000 et surfeur, mais sans vraiment devenir un crack dans l'une ou l'autre discipline. Aujourd'hui, il est marié à une des chanteuses des Bananarama, et vit gentiment de ses rentes en jouant au golf... Y a plus dure comme vie !

George a longtemps dénigré la période Wham !, notamment connue pour ses excès, sa tendance à claquer du pognon à tout va, et sa facilité musicale selon lui... Très peu de chansons ont trouvé grâce à ses yeux durant ses années de succès solo, à l'exception de quelques unes, comme "Everything She Wants". Curieusement, en contraste avec la légèreté du son un poil disco, les paroles sont assez graves, parlant de l'incapacité d'un homme à trouver le bonheur dans sa relation de couple, malgré tous les efforts consentis pour la rendre heureuse, d'où le titre... Et tout ça avec des Padada, hinhin... bref c'est cocasse et un peu décalé, mais ça n'en demeure pas moins un très très bon morceau.

Le clip est assez hétéroclite, entre ferveur du public pour ce duo terrible, les gros plans sur George et sa perruque (attendez, si Agassi avait une moumoutte, George aussi, c'est pas possible autrement !), le noir et blanc de la vidéo, et toujours dans les années 80 cette hétérosexualité latente de George... Le bougre, quel farceur !


Wham - Everything She Wants
envoyé par Discodandan.


Un morceau qui atteindra seulement la 21ème place du Top 50 de Marc Toesca.

Je reviendrai sur d'autres vidéos du groupe et de George en solo, y en a tellement qu'on ne sait que choisir !

Encore bon anniversaire mon p'tit Gueguett' !




mardi 23 février 2010

Fool's Garden - Lemon Tree (1996)


(c) lescharts.com


Allez pour finir la journée, rendons hommage à ce sympathique groupe allemand qui existe depuis 1991 et qui avait ensoleillé les charts pendant l'été 1996, avec ce morceau limite rétro : il a un petit côté désuet des compositions des années 50-60, mais dans le sens complètement positif du terme.

Leur seul gros tube, enfin au niveau international, puisque apparement, le succès demeure correct dans leur Germanie natale. Un clip qui cassait pas trois pattes à un canard, mais qui m'a fait quand même plaisir à revoir.





Au P'tit Bonheur - J'Veux Du Soleil (1991)


(c) lescharts.com


Un petit groupe français sympa, avec une très jolie chanson qui a marqué les esprits à l'époque. Une chanson qui a traversé les âges sans problème, et qui parle toujours autant de nos jours.

Au P'tit Bonheur, c'est un collectif de 6 musiciens qui ont sorti 4 albums entre 1991 et 2003. "J'Veux Du Soleil" est extrait de leur 1er album "Le Mal de Vivre", un très bel album aux textes doux-amers, oscillant entre la nostalgie et le réalisme (faudrait que je retrouve cet album d'ailleurs, parce qu'il était vraiment rien chouette).

D'ailleurs c'est bien dommage qu'il n'y ait que ce titre là qui ait vraiment fonctionné, ils méritaient plus de couverture... enfin c'est déjà beau que plein de gens aient pu entendre ce beau texte et cette belle mélodie.




Quarterflash - Harden My Heart (1981)


(c) lescharts.com


Les gens vont finir par croire que je suis un fétichiste du sax' (ce qui n'est peut être pas faux d'ailleurs...)

Groupe originaire de l'Oregon et qui évoluera entre 1980 et 1985, Quarterflash avait la particularité d'avoir une chanteuse Rindy Ross, qui était également saxophoniste... et pas n'importe laquelle, pace que la ligne de saxo dans ce morceau est quand même très belle.

Ils n'auront pas d'autre véritable succès, même si ce morceau aura atteint les sommets quasiment partout dans le monde... un titre que l'on retrouve très rarement à la radio ou sur les compils dédiées à cette époque, et c'est bien dommage parce que c'est de la belle beauté. Il faut reconnaître qu'entre le saxo, la p'tite basse, le solo de guitare et la voix de Rindy qui aurait presque des accents Kate Bushiens quand elle monte, ce groupe avait de la gueule.

Quant au clip, ben alors là, encore de la moto, et une manière toute particulière de jouer de la batterie avec des casques... et puis la fin destructrice digne d'une série Z prête à sourire... le bon temps des clips fauchés, c'était quand même autre chose...



QUATERFLASH - HARDEN MY HEART
envoyé par pierrot77.


En cadeau, une prestation live du morceau (très chouette), un autre morceau qui a bien cartonné aux States "Take Me To Heart", et la reprise de Marie Laforêt datant de 1982 "Que J'Bétonne Mon Coeur" : je ne sais pas si c'est un cadeau, c'est plutôt un massacre (même le saxo joue faux, au début, c'est pour dire)...

lundi 22 février 2010

The Seatbelts - Space Lion (1998)


(c) rateyourmusic.com


Dans la grande lignée des morceaux dont on n'oublie jamais la première fois où on les a entendus, voici une pièce planante, mystique, envoûtante, magnifique... Bref, je ne trouverai jamais les mots adéquats pour définir ce que cette composition fabuleuse m'a fait ressentir et me fait toujours ressentir à chaque fois que je l'entends.

Cowboy Bebop, c'est un peu la dernière grande série animée que j'ai eu le plaisir de voir, car c'est vrai que depuis 1998, même s'il y a eu de jolies choses, je pense qu'aucune n'arrivera à égaler l'alchimie et la symbiose parfaite qu'elle avait su créer en termes d'animation 2D et 3D, de scénarios et de personnages à la fois complètement déjantés et touchants et émouvants, et d'une bande originale qui illustrait à merveille par ses accents jazzy tour à tour rapides et enjoués, ou calmes et mélancoliques. En somme, une réussite exceptionnelle que je conseille à tout ceux qui n'ont pas eu la chance de la voir...

Derrière The Seatbelts, se cache notamment la compositrice Yoko Kanno, grande prêtresse de l'OST d'animés japonais de la fin des 90's-début 2000 : elle a formé autour d'elle un big band avec moult cuivres pour recréer cette ambiance assez intemporelle pour une série de Science-Fiction.

Le morceau sélectionné est donc "Space Lion", que j'ai entendu pour la première fois le vendredi 6 juillet 2001, en rentrant de mon travail de stagiaire de la bibliothèque qui est devenu aujourd'hui mon lieu de travail à plein temps. J'avais enregistré l'épisode du soir qui passait sur Canal Plus (grâce leur en soit rendue) à 18h30, et je l'ai regardé sur le coup des 19h. Arrive la fin de l'épisode au dénouement à la fois terrible, émouvant et mélancolique à souhait avec l'utilisation de cette merveille musicale... Ajoutez à cela un ciel tout violet au dehors plus un temps entre orage et grêle, et il n'en fallait pas plus pour que tout cela reste gravé dans ma petite caboche. Et ce saxo... et ces voix venues dont ne sait où... Un petit miracle en fait ! Près de dix ans ont passé depuis cet instant magique, mais j'ai toujours l'impression que c'était hier !

Désolé, pas beaucoup d'animations dans la vidéo, mais au cas où des personnes souhaiteraient découvrir la série (j'aime bien me dire qu'il y a plein de gens qui lisent mes bêtises ^^), les différentes AMV (comprenez Animation Music Video) étaient un peu trop explicites visuellement pour ne pas gâcher une éventuelle découverte...




Voilà je rajouterai la version de toute beauté au saxo pur qui s'appelle "Goodnight Julia" et la version boîte à musique, très jolie également.

Que dire de plus après ça, si ce n'est bonne nuit à tous !

Merci au réalisateur Shin'Ichiro Watanabe, au character designer Toshihiro Kawamoto, à la scénariste Keiko Nobumoto, et à Yoko Kanno et à la joyeuse bande des Seatbelts pour tous ces chouettes moments passés devant cette série mythique et hors normes... Vous êtes les meilleurs !

Un post dédié à Spike, Jet, Faye, Ed et Ein... et au Bebop bien sûr ! ^^


Fatboy Slim - That Old Pair Of Jeans (2006)


(c) lescharts.com


Bientôt 3 mois que j'ai ouvert ce blog, et j'ai toujours pas posté un clip de Fatboy Slim... Pas bien !

De son vrai nom Norman Cook, nous avons affaire à un bidouilleur anglais de samples et de musiques électroniques qui a le don de faire des albums de bonne voire très bonne facture depuis bientôt 15 ans, et surtout de les mettre en image de manière géniale, en faisant appel aux réalisateurs les plus célèbres ou les plus inventifs : les trucs lambda, il ne connaît pas.

Alors puisqu'il faut bien commencer, débutons avec l'une de ses productions les plus récentes "That Old Pair Of Jeans" qui avait été composée spécialement pour le best-of des 10 ans de carrière. Un clip avec un jongleur fou de baballe qui inspire le respect et l'incrédulité tellement c'est incroyable ce qu'il fait !





En cadeau, la seconde version du clip, plus houlahoupesque, et "Champion Sound" un autre morceau composé spécialement pour le best-of (sympa l'effet domino).


The Replacements - Bastards Of Young (1986)


(c) lescharts.com


Du bon gros rock du Minnesota qui crache : Les Replacements sont un quatuor venu de Minneapolis, et qui ont officié entre 1979 et 1991, oscillant entre le rock alternatif et le punk, comme le titre poétique "Bastards of Young" en est la preuve. Un titre issu de l'album "Tim", sorti en 1985.

Il s'agit du 1er groupe de Paul Westerberg, un gars qui entamera une carrière solo un peu plus détendue des pattes arrières, mais extrêmement prolifique et intéressante.

Le morceau pète bien et le clip est vraiment aux antipodes de la production de l'époque : une vidéo sans mouvement quasiment, à l'exception du bon gros kick de fin qui réveille tout le monde... Un beau doigt d'honneur à MTV et ses vidéos commerciales...



The Replacements - Bastards of Young
envoyé par jesus_lizard.

Boards Of Canada - Dayvan Cowboy (2006)


(c) lescharts.com


Entre les artistes que je crois canadiens et les autres qui ont Canada dans le nom, mais qui sont en fait écossais, je me dis qu'il va falloir que je trouve des vrais ressortissants du pays au drapeau à la feuille d'érable...

Boards Of Canada, c'est un duo écossais qui existe depuis 1986. Ici encore un morceau bien planant extrait de leur 8ème album, "The Campfire Headphase" sorti en 2005. Une atmosphère assez intéressante (pour peu qu'on y rentre un tantinet) : et en terme d'atmosphère, on peut dire que le clip ne se prive pas d'en rajouter une petite couche.

Tout ce bleu, c'est vraiment beau ! Une vraie réussite visuelle ce clip ! Vidéo réalisée par une certaine Melissa Olson, je n'ai rien trouvé à son sujet, mais rien que pour celle là, déjà, chapeau bas !








Pour se faire une idée de leur style, un autre clip "Music Is Math", issu de l'album "Geogaddi" sorti en 2002. Il faut reconnaître qu'au niveau compression analogique, leur son est apa complètement inintéressant...


Alex Gopher - The Child (1999)


(c) rateyourmusic.com


Un peu de french touch, tiens ça faisait longtemps. Je ne suis pas un grand fan du son, mais le visuel est suffisament original pour que l'on s'y attarde je trouve. Parce qu'il faut reconnaître qu'un clip en typographie animée, c'est pas tous les jours que l'on en voit un.

Réalisée par Antoine Bardou-Jacquet, cette vidéo passait très souvent sur meuh 6 à l'époque.
Y a pas à dire, parfois les p'tits français savent faire des trucs chouettes !





En cadeau, un autre clip d'un morceau d'Alex Gopher (qui dans la vraie vie s'intitule Alexis Latrobe) : "Party People" réalisé cette fois-ci par Quentin Dupieux (à qui l'on doit notamment les vidéos de Mr Oizo, dont je parlerai une prochaine fois...)


4 Non Blondes - What's Up ? (1992)


(c) lescharts.com


Je ne sais pas pourquoi, mais j'étais persuadé qu'ils étaient canadiens les 4 Non Blondes. En fait, c'est un groupe de californiens, qui a duré 7 ans, de 1989 à 1996.

Effectivement, y a que des bruns dans ce groupe, elles ont trouvé un nom valable (ouais moi je dis elles quand y a plus de filles que de mecs, c'est pas du féminisme primaire, c'est juste que j'ai toujours trouvé ça débile, j'avais même dit à ma maîtresse de CE1 que c'était pas très logique... c'est pour dire si ça remonte). De plus, il s'agit au départ d'un groupe exclusivement composée de filles, y a juste la guitariste qui a claqué la porte et qui a été remplacé par un gars.

Ici, un cas typique de one hit wonder (oui je sais pu si je l'ai expliqué, ça veut dire "groupe à un seul tube, mais quel tube"), avec ce morceau qui a méchamment trusté les charts partout dans le monde et atteignant une belle 3ème place en France. J'étais pas super fan à l'époque (aficionado de dance oblige), mais petit à petit, j'ai appris à me servir de mes esgourdes et à apprécier ce morceau.





En cadeau, un autre morceau qui a bien marché, mais quand même moins : "Spaceman" au clip une nouvelle fois très coloré, et illustrant à merveille cette ambiance un peu calme et aérienne qui pouvait caractériser le rock à cette époque.

Le groupe se sépare en 1996, la chanteuse Linda Perry voulant entamer une carrière solo. Elle est surtout connue pour avoir composé un album en collaboration avec Pink (pourquoi pas après tout...)

Special bonus, la version du Gerry "Manualist" Phillips ^^







dimanche 21 février 2010

INXS - Original Sin (1983)


(c) lescharts.com


Encore une drôle de pochette, enfin bon ! Le disque et le clip sont de très bonnes factures, c'est ce qui compte.

J'ai déjà parlé d'INXS il y a un petit bout de temps, pendant une période assez rock de leur carrière. Aujourd'hui, cap sur 1983, avec ce morceau "Original Sin", beaucoup plus axé new-wave et pop : hé oui, avant que Hutchence devienne la figure de proue du groupe, ils aimaient bien les synthés les p'tits australiens !

Beaucoup de références au Japon dans ce clip : les motards style mauvais garçons nippons, les masques, la tour de Tokyo, la ligne de synthé, la pochette du disque, même le réalisateur répond au doux patronyme de San Yamamoto, c'est dire ! Un morceau bien chouette avec son p'tit saxo syndical à la fin qui le fait bien, et puis un clip vraiment bien accrocheur, bien décalé comme je les aime... Du bonheur quoi !


Original Sin - INXS
envoyé par val6210


En cadeau, toujours extrait de "The Swing", toujours réalisé par Yamamato, le clip de "I Send A Message".


Survivor - Burning Heart (1985)


(c) lescharts.com


Ce soir, y a Rocky Balboa à la téloche. Alors pour se faire plaisir, un p'tit Survivor de derrière les fagots.

J'ai choisi "Burning Heart" issu de Rocky IV (on verra celle de Rocky III une prochaine fois, pas de soucis), me demandez pas pourquoi, encore une pulsion comme Julio, l'autre soir. Un groupe originaire de Chicago, et qui a connu essentiellement ses heures de gloire grâce aux bandes originales de Rocky... Aux Etats-Unis, ils ont quand même sorti plusieurs autres morceaux qui ont super bien marché, hard rock fm des 80's oblige...

Un titre qui se classera 2ème au top 50 en mars 1986, tout de même ! Mais il faut dire que le morceau est vraiment excellent, gros rythme de batterie, de la bonne guitare et deux trois plans de basse excellent (la tronche du bassiste à 2'30 est merveilleuse).





Le film en lui même est, malgré son statut de nanard propagandiste des années Reagan, une authentique pierre angulaire du cinéma bien bourrin de l'époque, avec de l'émotion, de l'action, des dialogues fameux ("T'as pas mal !" "J'ai pas mal !"), de la musique de qualité top moumoutte (ne s'agirait-il pas de la meilleure BOF des années 80 au passage ? ), et une petite morale bien douteuse comme il faut à la fin : bref le gentil Rocky sauve le monde des griffes du méchant Drago le robot russe et réconcilie les peuples, empêche la guerre froide... la totale, mais qu'est ce que c'est bon à regarder sans réfléchir !!!


En cadeau, un très chouette montage pour comprendre Rocky IV en 4 minutes, et un autre tube de Survivor de 1985, "High On You".

Rocky Balboa, une légende, une icône, un boxeur qui aurait mérité d'exister réellement tellement il est beau dans sa simplicité, et humain dans ses faiblesses. Ton plus beau rôle Sylvester, respect mon vieux !


Chanteurs Sans Frontières - Ethiopie (1985)


(c) lescharts.com


25 mai 1985, changement de décor mais pas de fond à la tête du top 50 français. Un collectif d'une bonne trentaine d'artistes français (les noms sont visibles sur la pochette) se réunissent sous la coupe de Valérie Lagrange et Renaud, pour faire un Band Aid à la française. Le morceau pour l'Ethiopie a été enregistré en mars 1985, sur des paroles de Renaud et une musique de Franck Langolff (compositeur de Morgane de Toi entre autres). La pochette est signée Franck Margerin.

La France plébiscitera ce titre qui sortira sous la forme d'un maxi 45 Tours (je peux témoigner, mes parents l'avaient acheté, et j'ai ramé un peu au début pour le faire marcher... ben oui ça avait la taille d'un 33 Tours quand même alors, et j'étais jeune ^^). Bref, des ventes qui s'élevèrent au final à près de 10 millions de francs, sans compter une autre vingtaine de millions de francs provenant des dons et qui furent pour la quasi totalité reversés à Médecins Sans Frontière.

Une belle initiative, et un document d'époque marquant, même si on peut regretter certaines mises en avant et effets de voix un peu spéciaux, mais bon la critique est facile, l'action l'est moins, alors chapeau les artistes pour ce beau geste.





8 semaines consécutives en tête du top 50, c'était un record à l'époque. L'hégémonie caritative durera jusqu'au 20 juillet 1985, et l'arrivée d'un titre beaucoup moins engagé, un one hit wonder autrichien, mais ça c'est une autre histoire...

To Be Continued...

samedi 20 février 2010

Stevie Ray Vaughan & Double Trouble - Rude Mood (1983)


(c) lescharts.com


Encore un qui est parti trop tôt ! Sans doute le meilleur bluesmen des années 80, Stevie Ray Vaughan avait tout vécu dans les années 80, la gloire rapide et soudaine, les addictions aux drogues et à l'alcool, le retour à la consécration, pour finalement quitter ce monde dans un accident d'hélicoptère à seulement 36 ans.

Eric Clapton (qui était d'ailleurs dans un des hélicos qui suivaient Stevie avant l'accident), un de ses meilleurs amis et fans, disait de lui qu'il allait faire trembler le monde. avec sa guitare Et il faut reconnaître que son style si caractéristique, son jeu d'une précision, d'une rapidité et d'une justesse hors normes, et ce son si particulier qui n'appartenait qu'à lui... vraiment c'est ce qu'on appelle une légende ! La fulgurance de sa carrière ne le rend qu'encore plus exceptionnel à écouter et à voir jouer.

Ici, je vous propose "Rude Mood" issu de son 1er album "Texas Flood". La captation date de 1982, et a été filmée au festival de Montreux, où il se révéla aux yeux et aux oreilles de tous.





En cadeau, un passage acoustique de toute beauté du même morceau sur MTV ! (ah la belle époque de MTV, dis quand reviendras-tu ?)


Jacques Brel - La Quête (1968)


(c) lescharts.com


Sans doute ma chanson préférée du grand Jacques : l'intensité de son interprétation et la beauté des paroles n'y sont sans doute pas étrangères...

Je ne le savions point, mais il s'agit d'une adaptation d'une comédie musicale montée à Broadway en 1965, et intitulée Man Of La Mancha. Le morceau s'appelait "The Impossible Dream", Jacques l'a transcrit assez astucieusement en "La Quête", qui illustre à merveille les tentatives de Don Quichotte pour atteindre, comme tout être humain, "une inaccessible étoile".

C'est beau, c'est somptueux, c'est du grand Jacques





En cadeau, non pas la reprise de Johnny, ni même celle de Francis Lalanne (parce que non, vraiment c'est pas possible, pour rigoler d'accord, mais là non), laissons le King himself pousser la chansonnette avec sa maestria habituelle (désolé pour la qualité de l'image, mais ça reste quand même assez époustouflant niveau vocal...)


Iron Maiden - Fear Of The Dark (1992)


(c) rateyourmusic.com


30 juillet 2010, Arènes de Nîmes... Je trépigne, je piaffe, je boue d'impatience : je veux y être, je veux, je veux, je veux... Le plus grand groupe de heavy metal du monde (c'est totalement subjectif, mais je m'en fous) fête ses 35 ans cette année par un petit passage dans cet écrin gallo romain... et ça sent le concert exceptionnel...

Iron Maiden, je n'ai aucune vergogne à le dire, je pense ne pas en avoir écouté un traître morceau dans les années 80 (ptet dans Les Enfants Du Rock sur Antenne 2, mais ça m'a pas marqué...). Plus tard, j'avoue que je regardais d'un oeil amusé les aficionados avec leurs grands cheveux et arborant fièrement les t-shirts d'Eddie, la mascotte du groupe... Ah l'ignorance...

Car depuis le début des années 2000, et grâce en soit rendue à un de mes fidèles compagnons de route d'origine syrienne, je suis devenu totalement fan de ce groupe qui dégage une énergie incroyable, majestueuse et exceptionnelle en concert : des shows visuels et musicaux de toute beauté ! J'en ai déjà vu 3 (bon pour être précis et honnête, un extraordinaire, un très très très très bon et un bien mais pas top, mais pace qu'ils jouaient un album en entier...), et je compte bien y retourner encore... et encore... et encore...

Grands prêtres de la New Wave Of British Heavy Metal, ils ont beau avoir plus de 50 balais, ils ont toujours une pêche d'enfer et poursuivent des tournées incroyables autour du monde, avec chaque soir des envolées de guitare extraordinaires de Janick Gers, Dave Murray et Adrian Smith, les lignes de basse majestueuses du boss Steve Harris, le tapage de fûts du facétieux Nicko Mc Brain et enfin les envolées vocales et physiques de l'incroyable Bruce Dickinson, qui réussit l'exploit d'être à ses heures perdues pilote d'avion, bretteur émérite et scénariste de cinéma... Excusez du peu !

Ici, un morceau fabuleux (comme il en existe des dizaines dans leur répertoire), issu de l'album "Fear Of The Dark" de 1992, et qui sonne la glas de la 1ère collaboration du groupe avec Dickinson au chant. Heureusement, il reviendra à ses premières amours à la fin des années 90, pour le plus grand bonheur de tous les fans. Les images du clip ont été filmées pendant le Rock In Rio en 2001





Up The Irons !


vendredi 19 février 2010

Julio Iglesias - Je N'ai Pas Changé (1979)


(c) lescharts.com


Parfois, y a pas d'explication, juste une pulsion comme ça. C'est exactement ça pour Julio, j'ai rien à dire de plus ^^



Plus un p'tit hommage de la Cravatec bien sympathique. Et puis bien sûr , n'oublionsla fameuse reprise du maréchal Ludwig Von Apfelstrudel.







Jacques Villeret "Je n'ai pas changé"
envoyé par steven003. - Plus de vidéos fun.


UFO - Boogie (1970)


(c) les charts.com


De toute beauté ! Un peu de boogie pour commencer la fin de la semaine, y a rien de tel ! Les anglais d'UFO nous donnent ici un beau mélange de classic rock sur fond de psychédélisme : du grand art !

Un des pionniers du hard rock qui en a annoncé beaucoup d'autres, et créé de très jolies vocations pour des tas de groupe d'heavy metal et d'hard rock notamment des 80's (Metalloche et Maiden se réclament de ce groupe). Groupe qui accueillera en son sein le guitar hero teuton, Michael Schenker, ancien Scorpions, de 1973 à 1979, ce qui constituera leur plus grande période de succès commercial.

Ici, un de leurs tous premiers morceaux, issu de l'album UFO 1 (il existe également sous le titre "Boogie For George").





jeudi 18 février 2010

Arrested Development - People Everyday (1991)


(c) lescharts.com


Tiens, un peu de hip-hop, c'est pas souvent. Comme toujours, ce sera du hip hop un peu baba cool et peace and love, plutôt que destroy et méchant... Chacun son trip !

Arrested Development est un collectif d'une dizaine d'artistes qui ont entamé leur carrière par ce morceau en 1991, issu de l'album "3 Years 2 Months and 5 Years In The Life Of...". Un carton monumental partout dans le monde, trustant tous les classements spécifiques rap mais aussi les charts traditionnels : la France sera également touchée par ce morceau, qui se classera 6ème en juin 1993, lors des dernières semaines du classement du seul et unique top 50, celui de Canal +.


ARRESTED DEVELOPMENT-EVERYDAY PEOPLE
envoyé par pierrot77.


C'est cool, c'est tranquille, c'est bon esprit, ça donne envie de taper dans les mains, bref c'est du bonnard, c'est du tout bon ! Pour les oreilles averties, vous aurez reconnu un sample de Sly And The Family Stone, un des pionniers du funk, avec leur tube "Everyday People" en 1969.


The Stampeders - Sweet City Woman (1971)



(c) lescharts.com


Ils ont pas fière allure, nos amis canadiens de Calgary ?

Un groupe qui a sévi de 1964 à 1977, d'abord sous le nom de "The Rebounds". Un trio qui a enflammé les charts canadiens et le billboard US avec ce morceau, enjoué et super sympa à se repasser plusieurs fois d'affilée.

Un one hit wonder, un de plus, mais c'est déjà une belle perf'...





Plus un p'tit live près de 40 ans après, avec toujours un chouette sens du rythme !

mercredi 17 février 2010

Mr Mister - Broken Wings (1985)


(c) lescharts.com


Des fois, je comprends pas les choix des diffuseurs radios en France. Pourquoi ne pas avoir passé ce morceau numéro 1 aux USA sur nos ondes : jalousie, anti-américanisme primaire... Bref, moi je comprendrais jamais certains oublis dans ces merveilleuses années 80...

Le groupe s'appelle donc Mr Mister : c'est particulier comme patronyme, il faut le reconnaître. Il s'agit d'une formation de 4 musicos, qui ont navigué dans les années 80 entre new wave et pop rock, avant de se séparer et d'aller voguer chacun de leurs côtés sous d'autres cieux, notamment ceux de l'écriture pour d'autres artistes.

3 albums à leur actif, et surtout un "Welcome To The Real World", qui accouchera de deux number ones au Billboard : "Broken Wings" présenté ici, et "Kyrie", un autre morceau assez intéressant, bien que moins bon à mon humble avis.

Car ce tube qu'est "Broken Wings" a tout pour plaire : une bonne mélodie, une bonne rythmique avec cette super ligne de basse, une bonne guitare qui balance quand il faut et le chanteur Richard Page qui sait monter où il faut, quand il faut avec sa voix. Bref, des breaks, des reprises, des envolées, un morceau de très très grande qualité. Le clip n'est pas mal non plus dans son genre, symbiose parfaite de noir et blanc, de ralentis et de plans chéris par les vidéastes de l'époque :




Non, franchement parfois, je comprends pas...

mardi 16 février 2010

Mungo Jerry - In The Summertime (1970)


(c) lescharts.com


Certes, ce n'est pas la saison, mais qu'importe ! Les anglais du groupe de Mungo Jerry ont tout cassé avec leur tout premier single, "In The Summertime", un tube qui a traversé les générations et les décennies pour se transformer en un hit intemporel (6 semaines en tête des hit parades français en 70) ... le genre de truc mythique qui met en joie à l'écoute et pour le restant de la journée parfois...

Une sorte de big band qui n'a jamais retouché le graal de si près, mais qui demeure actif au fil des années, avec une formation sans cesse renouvelée, et souvent autour de leur tube originel... Après tout, y a pas de raison, quand on tient une pépite, on peut asseoir une continuité dessus, c'est pas Patrick Hernandez qui ira les contredire...

Un clip (au son bien pourri, désolé) à la rouflaquette imposante, aux bottes sonores et à la bouteille frétillante, bref un joyeux bestiaire qui fleure bon l'époque baba cool




Un tube qui a été multi repris depuis sa création : en cadeau, une reprise avec du beau linge, plus un passage à la téloche française (avec de l'animateur bien de chez nous ^^) : une ambiance colorée de toute beauté !.

Tchi tchitchi han, tchi tchitchi han !


Nightcrawlers - Push The Feeling On (1995)


(c) lescharts.com


C'est une véritable gageure de trouver une belle pochette d'un tube eurodance des années 90, et c'est pas encore pour celle là (le minimalisme a parfois du bon, mais là faut reconnaître que c'est moche !)

Plongée en plein été 1995, un été d'insouciance pour ma part, la transition entre le collège et le lycée, bref le passage d' un âge d'or révolu à la découverte d'une époque âpre, boutonneuse et pénible : mais on en est sortis vivants et avec moins de boutons c'est ce qui compte ^^.

Bref, l'été 95, c'était l'occasion d'écouter des tubes dance, techno, electro tous azimuts, une époque où la FM était régi par les dance floors (un peu comme aujourd'hui d'ailleurs, mais avec un côté un peu plus sympathique et artisanale que la bouillasse que l'on ressert à l'envi et jusqu'à plus soif). D'ailleurs, y avait souvent près de la moitié du Top 50 qui était envahi par des morceaux qui cartonnaieent en discothèque (l'époque Scatman, La Bouche, E-Type, Corona, Mn8, Masterboy et consorts...)

Et donc, il y avait les Nightcrawlers, un duo de house anglais composé de John Ried (DJ et chanteur) et Roy Hay, l'ancien batteur de Culture Club.

Leur gros tube, c'est Push The Feeling On, qui date de 1992, mais dont la version n'était pas très réjouissante. Non pas que j'ai aimé la version à succès de 1995 (loin s'en faut, les EUH à répétition avaient tendance à me gonfler sérieusement), mais il a été le déclencheur de pas mal de fous rires à l'époque, donc ça demeure un truc rigolo à se souvenir... Et puis il faut reconnaître que la recette avait fonctionné avec des morceaux assez proches comme ceux de Robin'S, pour ceux qui s'en souviennent. Le clip est un défilé coloré de personnes, dont le chanteur qui a une véritable tête à claques.. courage pour aller jusqu'au bout de la vidéo d'ailleurs ^^




En "cadeau"; leur autre gros tube "Surrender Your love", et un autre morceau au clip réalisé par Guy Ritchie, "Don't Let The Feeling Go" (faut bien commencer quelque part...)

EUH, EUH, EUH,...

lundi 15 février 2010

Sugar Ray - Mean Machine (1995)


(c) rateyourmusic.com

Cet après midi, j'ai fait une terrible erreur : j'ai écouté le dernier album de Sugar Ray, intitulé "Music For Cougars" sorti l'an dernier. Je m'étais évité ça jusqu'alors et là aujourd'hui un moment de faiblesse... Bref, je n'ai qu'une chose à dire : merci de ne pas l'avoir sorti en France ! La chanson de plage synthétique peut avoir son charme, mais quand il n'y a absolument aucun effort de fait sur les mélodies, franchement les mecs...

Bref, passons cette déception à demi surprenante pour qui a un poil aimé ce groupe qui a illuminé la France à la fin des 90's avec deux gros tubes : "Fly" et "Every Morning". En effet, l'avant dernier album en date "In The Pursuit Of Leisure" était très moyen, à grands renforts de boîtes à rythmes, de reprises fades et de duos avec Shaggy plus que limite, mais il avait au moins le mérite de posséder quelques chansons correctes pour une petite moitié de l'album...

Enfin bon, on va pas refaire l'histoire, what's done is done comme on dit chez les Quakers. Non tout ça pour dire, qu'il y a très longtemps, à Newport Beach, un groupe de rock comme on en fait plus, aux accents métal et punk, puis pop, s'est formé sous le nom de Sugar Ray. Ils étaient jeunes, foufous, insouciants, bref sans trop de limites ni de concessions : un bon groupe des années 90 quoi !

Ils sortent en 1995 "Lemonade and Brownies", un excellent album éclectique, navigant largement entre des trucs bien bourrins ou très calmes ou bien funkys (ou les 3 à la fois ^^): un mélange des genres super plaisant, mais qui n'a pas cassé la baraque à l'époque. Il aura marqué plus par son visuel, utilisant l'actrice Nicole Eggert (la petite Summer Quinn dans Alerte à Malibu, mais surtout la divine Jamie Powell dans la sitcom Charles s'en Charge... ah la grande époque du Club Do (soupir)) dans une pose plus que suggestive et disons le franchement plus que pas couverte du tout... En d'autres termes, une très belle pochette ^^

Le titre que je vous propose aujourd'hui c'est "Mean Machine", une bonne vieille machine de guerre bien bourrine et enjouée, au clip bien fondu (des chiens, des vinyls et des instrus sur une patinoire, c'est pas souvent, faut le reconnaître). Une vidéo réalisée par leur pote et producteur McG, un type qui s'est mis à la réalisation et la production de blockbusters depuis (Charlie et ses Droles de Dames, Terminator 4,...).




Et en cadeau, un autre clip de cet album, "10 Seconds Down" toujours réalisé par McG (pour ceux qui aiment la viande...)

Je reviendrai plus tard sur leur percée internationale et française notamment, avec des titres moins agressifs, mais quand même très sympathiques... Et j'éviterai de dire des méchancetés, mais quand même, ce dernier "album" que vous avez pondu m'a fait de la peine, les gars : enlevez vos espadrilles et les protège-oreilles, et rejouez bordel !!

Sans rancune, je vous aime quand même ! ^^


Bjorn Berge - Trains (2008)


(c) rateyourmusic.com


Mmmmmmm, comme dirait un de mes collègues quand il évoque un artiste ou un album qui lui plaît. Petite découverte du week-end avec ce bluesman norvégien, Bjorn Berge, au physique de bûcheron tatoué, qu'il masque désormais avec une veste et des petites lunettes.

Franchement, il a une dextérité impressionnante, on dirait qu'il joue du banjo avec sa guitare par moments. Et puis avec sa voix bien grave à la Eddie Veder, y a pas dire : il a vraiment bien fait de choisir ce filon blues/bluegrass.

Il a pas mal d'albums à son actif (une petite dizaine depuis les années 90), mais malheureusement pas très relayé par nos chers médias musicaux français, donc faut avoir la chance de tomber dessus... Le "Live In Europe" est d'excellente facture, si vous aimez ce genre de musique, je ne peux que vous le conseiller.

Ici donc une captation du morceau "Trains" lors de l'émission "Des Mots de Minuit" (y a souvent de petites perles dans cette émission, faudrait que je regarde plus souvent...)




Et puis en cadeau, trois reprises du bonhomme : "Ace Of Spades" (une version un peu tutti frutti de 10 minutes qui pète bien) de Motörhead, "Give It Away" des Red Hot Chili Peppers, et enfin "Travelling Riverside Blues" de Robert Johnson, l'homme qui a vendu son âme au diable en inventant le blues.

La classe, la vraie !


dimanche 14 février 2010

KC Booker - Crackerjack (2006)


(c) rateyourmusic.com


Si la pochette de "Tribal Dance" vous avait piqué les yeux, ne regardez pas le clip qui suit, vous risquez de perdre la vue ! Bonjour les couleurs criardes et à peine saturées, qui risquent de vous décoller la rétine.

Bon c'est vrai que le clip est visuellement particulier, mais moi c'est surtout le morceau que j'aime bien. KC Booker, c'est le pseudo de Kelleth Chinn, un chanteur guitariste californien qui a tenté l'aventure solo, après avoir formé pendant une bonne dizaine d'années un groupe au succès plutôt confidentiel sur la scène internationale, mais bien connu des services français : Big Soul.

Il a à ce jour sorti un seul album, éponyme de surcroît. Je lui fais un peu de pub parce que j'ai l'impression qu'y a pas grand monde qui connaît. J'aime beaucoup ce genre de rock funky, c'est plaisant, c'est fun et coloré, ça me donne la patate !




En cadeau, un des morceaux du dernier album de Big Soul sorti en 2001, "The Funky Baby". Je reparlerai une prochaine fois de Big Soul.


Michel Sardou - Les Dimanches (1970)


(c) lescharts.com


Il met le paquet, il met la gomme, Michel !

Un tube de 1970, célébrant le jour du seigneur (et la femme comme très souvent chez Michel, d'une manière imagée et un tantinet paternaliste... du Michel des 70's quoi ! ^^), fallait que je la poste un dimanche, obligé !

Après je m'emmerde pas trop aujourd'hui moi, ça va ^^





Corynne Charby - Boule de Flipper (1986)


(c) lescharts.com


Ah Corynne, rien que son prénom au Y si singulier est déjà tout un poème... Sans doute une des plus belles chanteuses françaises des années 80, à la carrière aussi éphémère que marquée par le succès.

En témoigne ce somptueux clip et cette non moins extraordinaire chanson qu'est "Boule de Flipper", où les métaphores filées rivalisent de philosophie sur les atermoiements de la condition humaine des années 80... Une chanson à la profondeur finalement assez peu reconnue, et pourtant toujours d'actualité....

Corynne éclabousse de toute sa grâce ce scopitone qui a un petit je ne sais quoi de rétro, et qui nous ramène invariablement à une époque bénie des dieux, où la musique sonnait juste, les images rivalisaient d'inventivité (comment expliquer la boule de flipper hypertrophiée qui roule telle une boule de billard, et l'hommage très appuyé au bowling...). Faut reconnaître que "Boule de Flipper" avait un potentiel titre peut être plus accrocheur que "Boule De Billard" ou "Boule de Bowling" : d'autant que va trouver un pays qui rime avec bowling, et puis pour le billard ça aurait fait tous mes beaux châteaux du Qatar... alors bon c'est moins glamour...




Un titre qui n'atteindra qu'une modeste 17ème place chez Marc Toesca le 18 octobre 1986 : j'ai envie de dire "Such A Shame" ! (d'ailleurs les oreilles avisées auront une petite pensée pour Talk Talk et leur titre phare à 2'23).

Championne du coiffage de cheveux, magnifique dans sa manière de mimer le bateau qui coule, Corynne c'était un peu l'eldorado de la beauté française : un peu glaciale mais ô combien séduisante. Johnny l'avait bien compris d'ailleurs, pour preuve ce duo exceptionnel sur une plage. (On dirait Anna Karina dans Pierrot Le Fou ^^)





Merci pour tout Corynne, je reparlerai de vous dans pas longtemps avec un autre très grand tube.


USA For Africa - We Are The World (1985)


(c) lescharts.com


4 mai 1985, Jeanne Mas rend les armes face à la puissance de feu de la kyrielle de stars américaines réunies pour lutter contre la famine en Ethiopie. C'est le début des grandes chansons à but caritatifs dans le top 50

Enfin, le début, c'est pas vraiment juste, parce que le tout premier morceau qui a lancé la mode, c'est le groupe Band Aid, avec la chanson "Do They Know It's Christmas", un titre anglais datant de 1984. Les Britanniques ont eu une belle idée, menée par Bob Gedolf et Midge Ure. Gedolf sera ensuite responsable du rassemblement interplanétaire du 13 juillet 1985 "Live Aid", où des tas d'artistes, entre Londres et Philadelphie, se relaieront pour rassembler une nouvelle fois des fonds pour l'Ethiopie.

C' est sous l'égide d'Harry Belafonte que le projet voit le jour, il lance l'idée de faire une chanson comme leurs homologues britanniques. Très vite, les plus grosses pointures musicales américaines prennent les rênes dont le trio Lionel Richie-Michael Jackson pour l'écriture et la composition du morceau, et Quincy Jones à la réalisation : autant dire la Rolls de l'époque en terme de musique et de ventes.

Malgré les apparences et le rassemblement quasi mystique dont font preuve les artistes sur la vidéo, il a fallu tout de même 6 jours d'enregistrement pour boucler l'affaire, entre le 22 et le 28 janvier 1985. Quincy Jones avait pourtant demandé expressément à ce que les artistes laissent leurs egos à l'entrée du studio, mais malheureusement certains trouvèrent quand même à rechigner...

Le résultat demeure tout de même très cohérent, l'harmonie étant plus qu'évidente dans ce clip ultra connu, mais à l'aspect fédérateur toujours très particulier et singulier :




Il y a eu des tonnes de parodies bien évidemment, de reprises (notamment une récente pour le séisme qui a touché Haïti) : j'en ai sélectionné une, au goût pas forcément exquis, mais qui fait sourire avec sa ribambelle de stars oubliées ou à la retraite : des bonnes vieilles têtes qui font toujours plaisir à revoir ^^

Voilà, 3 semaines de règne sur le top 50 français, plus de 7 millions de 45 Tours vendus à travers le monde, 50 millions de dollars de recettes à l'époque, c'était pas rien. le titre s'imposera en France jusqu'au 25 mai 1985, et l'arrivée d'une autre fournée d'artistes français. Mais ça, nous le verrons la semaine prochaine...

To Be Continued...

samedi 13 février 2010

Hugo - La Nacelle (1996)

(c) priceminister.com


Séquence nostalgie,et peut être découverte, parce que je sais pas si tout le monde se souvient de ce petit morceau sympathique de l'été 1996.

L'auteur, c'est Hugo Chastanet, chanteur et guitariste pop qui a à son actif trois albums à ce jour. La Nacelle est son titre le plus connu (issu de son 1er album "La Formule"), même s'il n'a pas eu les joies d'un classement dans les charts français a priori. Quoiqu'il en soit, il passait suffisamment sur les ondes, et le clip était diffusé très régulièrement sur meuh 6.

D'ailleurs, le contraste entre les paroles très naîves et le bestiaire de la vidéo, qui rend un hommage appuyé au film "Freaks", est assez saisissant je trouve...




Voilà, moi je suis bien content de l'avoir retrouvé ce clip, ça me replonge dans mon adolescence... En cadeau, un autre morceau qui passait pas mal à l'époque, "Les Photos" (moins bien quand même pour le coup)